La situation sanitaire actuelle et l’évolution de l’épidémie du Coronavirus nous imposent la mise en place de mesures exceptionnelles. Pendant le confinement, le lien avec les participants est maintenu grâce à nos équipes mobilisées. Ils témoignent.

Soutenir nos équipes, piliers de notre action

Télé-travailler et faire passer son activité au 100% numérique a impliqué pour nous tous une phase d’adaptation et pour certain.e.s une remise à plat du cœur même de leur travail, fondé sur la relation humaine. Ce défi a été réussi, certes avec son lot d’improvisations et dans des temps records, grâce à l’implication de chacun.e.s, un téléphone et une boite email…

Nous recherchons quotidiennement et en permanence des solutions pour les aider à traverser cette période le plus sereinement possible, en ajustant les pratiques existantes. Par exemple, dès les 1ers jours de confinement, nous avons construit en équipe et en urgence, une boite à outils qui s’actualise et dans laquelle chaque référent peut retrouver des ressources utiles pour informer ou répondre aux questions des participants : sur le COVID-19, sur l’urgence sociale, sur le fonctionnement de Pôle Emploi en ce moment et sur tout ce qui peut avoir un impact sur le suivi d’une formation.

Pendant le confinement, le lien est maintenu, à tous les niveaux du PLIE. Témoignages.

Le suivi administratif et le lien avec les entreprises

Évelyne

Assistante administrative du PLIE

« Depuis le début du confinement, je suis en télétravail à mon domicile comme toute l’équipe du PLIE. Afin d’assurer la continuité du service public et de répondre aux besoins des opérateurs du PLIE, je continue, pour ne pas les pénaliser, de contrôler l’exactitude des documents transmis par mail, pour qu’ils puissent à la fin de ce trimestre, et après vérification, être payés. Tout en étant en télétravail, je continue d’être le maître de stage de Yann, arrivé début mars et avec nous jusqu’à la fin juin. Depuis chez lui, comme moi, il exécute les tâches administratives que je lui transmet par mail et m’aide pour la vérification. Ce que je peux dire de Yann, c’est qu’il est attentif et opérationnel sur toutes les missions que je lui propose.»

Nathalie

Chargée de projet entreprises du PLIE

« Depuis le démarrage du confinement, je gère le standard téléphonique du PLIE. Grâce au bon relais des référents auprès de leurs participants, je n’ai été confrontée à aucun débordement. Chaque appel est traité normalement. »

Nathalie est, en tant normal, en charge de répondre aux besoins en matière d’emploi et de recrutement des entreprises. Elle explique la difficulté de les joindre dans cette période de crise :

« Comme tout le monde l’a compris, bon nombre d’entre elles sont fermées ou en cours de réorganisation. Entre la mise en place du chômage partiel et les aménagements internes lié au temps de travail, les informations arrivent au compte-goutte. Aussi, nous avons focalisé nos efforts vers les besoins présents ou à venir dans des secteurs d’activité que nous connaissons bien. En utilisant des outils comme Linkedin ou WhatsApp, j’arrive à obtenir des infos directement du terrain à partir de mes contacts professionnels. Je suis également en lien direct avec Pôle Emploi Bellefontaine, spécialisé dans les commerces et la Grande Distribution. Nous arrivons à transmettre des candidatures, mais ce n’est vraiment pas évident. »

Le suivi individualisé et renforcé des participants

Serge

Référent du PLIE (CIDFF)

« Depuis la fermeture des bureaux, je m’organise comme si rien n’avait changé. J’appelle tous les participants joignables que j’accompagne. Sur les premiers jours, j’ai eu à traiter beaucoup de questions sur les arrêts de contrats de travail, sur ce qu’était le chômage partiel instauré par le gouvernement en urgence. Quelques employeurs, visiblement, n’ont pas donné de détails sur la situation. Comme je connais la nature de chacun de leurs contrats, j’arrive à individualiser mes réponses et à les rassurer. J’ai juste eu le cas d’une tentative d’abus pour une participante dont l’employeur voulait refuser son arrêt maladie.»

«Je commence à avoir des questions liées à l’inquiétude des actualisations à Pôle Emploi. Il faudra gérer ça au cas par cas dans les prochains jours.»

«J’arrive quand-même à travailler sur les CV et lettres de motivation avec certains participants et en concertation avec Nathalie Thène, j’ai même pu joindre des employeurs potentiels. »

Magali

Référente du PLIE (Arpade)

« Les participants répondent très vite au téléphone. J’échange aussi beaucoup par texto. Ce qui est appréciable, c’est que dans le contexte actuel, on peut prendre le temps de parler. Les conditions sont finalement assez favorables pour l’échange. C’est parfois assez particulier dans le sens où certaines conversations emmènent à des confidences qui jusque là n’avaient jamais été abordées. Depuis le début du confinement, j’ai beaucoup d’échanges sur les formations en cours. Certains participants peuvent continuer, d’autres pas. Il y a plein de cas de figure différents. Il a fallu faire un peu de médiation avec quelques organismes pour clarifier des situations individuelles. Heureusement, le PLIE a fait un gros travail en amont pour recenser ces points. On peut aussi compter les uns sur les autres entre référents. Ça fait du bien. »

« J’ai contact avec des participants toujours en emploi avec qui les précautions sanitaires à prendre sont abordées plus finement que ne l’ont fait leurs employeurs. Certaines situations interpellent… Mon public est majoritairement étranger et ne connait pas forcément bien ses droits. Le chômage technique est une découverte pour certains et il faut le leur expliquer. »

« Pour les personnes en demande d’emploi, c’est compliqué. Il y a des demandes urgentes difficiles à traiter. Les structures sont majoritairement fermées. »

Sandrine

Référente du PLIE (HandiPro)

« Pour ma part, c’est compliqué car je suis à la maison avec un enfant de 2 ans, mais j’arrive à faire beaucoup d’entretiens téléphoniques, pour être sûre qu’ils prennent bien conscience de la situation. J’ai réussi à avoir tous les participants avec qui je suis en contact. Travaillant avec des personnes vulnérables ou en situation de handicap, qu’il y ai des offres ou pas, je ne les positionne pas, sur le principe du respect des recommandations du gouvernement, à savoir de ne pas sortir et de limiter leurs déplacements au maximum. »

« J’ai eu beaucoup de personnes à rassurer, ils apprécient qu’on les appellent »

« Pour ceux qui sont en emploi, c’est compliqué. J’ai cherché à joindre des employeurs, un peu vagues sur les questions d’emploi partiel ou chômage technique notamment, pour apporter des éclairages ou rassurer sur des situations individuelles »

« Ce qui va devenir complexe, c’est que le discours ne peut pas évoluer face à la situation globale de la crise sanitaire et les angoisses risquent de grandir malgré le lien que nous maintenons au quotidien. »

Laure

Référente du PLIE (HandiPro)

« J’ai réussi à joindre tous mes participants par mail ou par téléphone. Seuls 2 ou 3 ne m’ont pas encore répondu, mais je sais où ils sont. Les premiers échanges ont essentiellement consisté à vérifier qu’ils allaient bien et qu’ils avaient bien compris le contexte de confinement. Le fait d’être appelés est très apprécié. Savoir que le dispositif du PLIE continue les rassurent énormément. Je n’ai pas eu à gérer de situations de panique.
Les questions les plus fréquentes sont pour les personnes en cours de formation. Beaucoup continuent à suivre leur formation en e-learning. En dehors de quelques soucis matériels, la plupart peuvent continuer leur apprentissage depuis chez eux. »

« J’ai aussi le cas d’un participant qui a pu passer un 1er entretien d’entrée en formation via Skype. Ce genre d’adaptation permet de conserver une mobilisation. »

« Pour celles et ceux qui ont besoin de soins particuliers, ils peuvent continuer de se rendre dans les structures médicales habituelles. »

Comme vous avez pu le lire au travers de leurs témoignages, nos équipes font un travail crucial et plein d’humanité. N’hésitez pas à les encourager en commentaires ci-dessous.

Le PLIE continue à suivre avec attention la situation et nous prendrons toutes les mesures nécessaires en cas d’évolution dans les jours, semaines et mois à venir. Nous vous remercions, lecteur, lectrice, de votre compréhension dans cette épreuve que nous traversons ensemble. Notre engagement à soutenir nos collaborateurs nous assurera de pouvoir aider nos publics et les employeurs locaux en ces temps incertains.

⚠️ Pour participer à l’effort collectif de lutte contre l’épidémie de covid-19 qui touche la France, il est nécessaire de rester autant que possible chez vous et d’éviter tout déplacement inutile.⚠️ L’équipe du PLIE s’organise pour répondre à vos questions relatives à votre accompagnement.☎️ Le numéro du standard du PLIE devient le 0671238905 📧 Vous pouvez également nous joindre par mail : nathalie.thene@toulouse-metropole.fr