Dynamique de projet collectif autour d'un support culinaire

La Brigade Éphémère

STRUCTURE

L’Association Le Relais est une association à but non lucratif, fondée en 1964, orientée vers une population en difficultés sociales dans le cadre de la lutte contre les exclusions et de la rénovation de l’action sociale. Elle est composée de différents services :
(1) le Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale,
(2) le service d’insertion socioprofessionnelle par l’activité économique (IAE), composé de l’atelier restauration, ouvert en 2004, et du chantier des Berges, depuis 2007,
(3) le service d’accompagnement psychologique et social composé de dispositifs d’accompagnement et de soutien psychologique (« 2A », action P.L.I.E., S.A.L.). L’Association emploie ainsi 46 salariés, œuvrant au sein d’équipes techniques compétentes dans l’accompagnement de personnes en difficulté et/ou en situation d’exclusion, animés par les valeurs associatives de solidarité, de citoyenneté et d’humanisme.

La Brigade Éphémère
Le responsable de l’action est Monsieur David BERNET, animateur de la Brigade éphémère. Le dispositif est encadré par Monsieur Saint-Blancat, directeur de l’Association.
Tél : 05.61.52.78.75
Mail : associationlerelais@wanadoo.fr ou a.s.i.lerelais@wanadoo.fr
Accès : L’atelier a lieu le mardi à la MJC du Pont des Demoiselles, située au 63bis avenue de Saint-Exupéry 31400 Toulouse. Le lieu est desservi par le bus ligne 7 (arrêt Dufour), accessible depuis le métro ligne A (arrêt Esquirol) ou ligne B (arrêt François Verdier).

Objectifs de l’action

La Brigade éphémère concerne plus particulièrement la problématique de l’isolement et du repli social. Cette désagrégation moderne du lien social, préoccupante et transversale, est un phénomène encore davantage prégnant pour le public accueilli dans le cadre du PLIE. Il s’agit de plus d’un phénomène auto-aggravant, faisant émerger un mal-être qui s’accompagne d’une baisse de l’estime et de la confiance en soi, ce qui vient amplifier et conforter le repli social. Dans ce sens, l’individu isolé n’est pas nécessairement adynamique, mais davantage dans une dynamique contreproductive et néfaste. Il s’agit alors moins de redynamiser que d’inverser la dynamique. L’objectif de l’action est donc de permettre une rencontre et commencer ainsi à rompre l’isolement.

=

Cet objectif de socialisation est détourné (médié) vers un objectif culinaire, ce qui permet l’authenticité de la rencontre. La cuisine est un prétexte, l’occasion de se rassembler pour parvenir à la réalisation commune d’un objectif culinaire précis : réaliser un menu complet pour 6 à 8 personnes dans un environnement semi-professionnel. Les trois plats sont présentés à un jury extérieur de dégustateurs qui émettent une critique franche et conviviale, renforçant ainsi la dimension authentique, professionnelle et valorisante
de l’expérience.

=

La cuisine concerne tout le monde : chacun à un rapport particulier et personnel à la nourriture, aux repas, à l’alimentation, c’est ce qui nous rapproche. De cette expérience réelle partagée est attendu le tissage naturel d’un lien social authentique. Sont ainsi générés un début de reprise de confiance en soi et en l’autre, une hausse de l’estime de soi, ce qui permet au participant d’investir davantage la sphère sociale, et par là-même de reprendre confiance en lui, … Le cercle vicieux de l’isolement peut alors laisser la place à un cercle vertueux.

=

L’activité de cuisine permet aussi de travailler sur de nombreuses notions telles que l’organisation et la méthodologie, l’hygiène, la communication, la temporalisation (anticipation, progression, attente, contrôle), l’image de soi (revalorisation, redynamisation), la diététique et la nutrition, l’apprentissage (technique, recette), la gestion du quotidien (gestion financière, élaboration d’une recette, d’une liste d’achats), et bien entendu la notion de plaisir (à réaliser, à sentir, à goûter, à réussir, à partager).

Modalités

\

Le participant est inscrit sur l’action par son référent qui adresse à l’Association une fiche de prescription. Le participant est ensuite contacté par téléphone par l’animateur de la Brigade afin de fixer la date de première participation à l’atelier. Chaque participant est rappelé la veille de chaque participation. A l’issue de la première séance, chaque cuisinier éphémère peut s’inscrire à la prochaine session, autant de fois qu’il le souhaite. Lorsque le semestre s’achève, une réunion de bilan est organisée.

Shares
Share This